Chapitre 6 – Le premier jet2 minutes de lecture

C’est quelqu’un que l’homme puisqu’il a trouvé l’écriture. L’écriture la plus noble conquête de l’homme. Le roman, intermédiaire entre l’homme et la vie.
Elsa Triolet

Elsa Triolet

Enfin

L’écriture à proprement parler commence. Laissons les mots venir et s’enchaîner pour produire le premier jet. Pour ce faire, j’utilise le logiciel Scrivener, qui me permet de prévoir des objectifs, organiser mes idées et structurer mon récit. Ces objectifs permettent de ne pas s’épuiser et de se motiver.
Je reprends mon plan établi ici.

Le logiciel

Il est possible d’écrire sur papier, avec un traitement de texte, sur internet ou avec un logiciel dédié.
Mon choix s’est porté sur Scrivener qui me permet de jongler plus facilement entre les différentes scènes. Le logiciel propose tout un système de fiche, d’exportation du travail fini. Je suis fan et pourtant je suis certain que je n’utilise que 10 % des capacités de cet outil. Seul souci, il n’est pas gratuit. Vous avez toujours la possibilité de le tester.
Il existe aujourd’hui des solutions en ligne qui s’en rapprochent, par exemple Scribbook, que je vous conseille si vous ne désirez pas débourser pour un logiciel.
Scrivener a un coût, donc dans un premier temps, si vous le désirez, familiarisez-vous avec ce fonctionnement grâce à l’outil en ligne conseillé.
Si votre choix se porte sur le papier, utilisez un stylo de bonne facture pour amplifier le plaisir de l’écriture sur papier.

Les objectifs

Loin de moi l’idée de rajouter des contraintes. Pour ceux qui travaillent à côté comme moi, elles sont déjà bien conséquentes.
Plusieurs intérêts de déterminer des objectifs : avancer, se motiver, et finir !
Je me donne comme objectif d’écriture, environ 500 mots par jour (ce qui correspond à une scène dans mon découpage) pour le premier jet. C’est pas mal pour quelqu’un qui court après le temps, mais il faut le prendre pour avancer.
Et c’est là que Scrivener est top. Dans le logiciel il est possible de déterminer un objectif par session, par jour et par fichier complet. On retrouve cette option dans Scribbook également.
Choisissez un objectif réalisable. Il est préférable de finir plus tôt que prévu que de devoir décaler l’échéance. Ceci est bien plus stimulant !
Mon futur roman comprend 35 chapitres. Classiquement, j’écris environ 60 à 80000 mots pour une histoire soit des chapitres de 1500 à 2500 mots.
Une fois tout configurer, c’est parti pour cinq à six mois d’écriture. Le dernier mot du premier jet est donc espéré pour août 2019 au plus tard.

L’écriture

Quel que soit l’outil que vous utiliserez, il est important à cette étape de ne pas se soucier de la mise en page. L’essentiel, c’est d’écrire, de poser sur le papier ou à l’écran les idées qui se bousculent dans votre esprit. De faire vivre ses idées, les scènes qui se mettent en place dans votre tête.
Je viens de terminer hier le premier chapitre, je vous le propose ci-dessous. Vous pouvez me donner vos impressions en commentaire ou directement par mail (contact@sebastienlencroz.fr) si vous désirez garder un anonymat numérique.

Cliquez sur le chapitre pour le lire intégralement

Au plaisir d’être lu !

-Sommaire-

Laisser un commentaire

Chapitre 6 – Le premier jet<span class="wtr-time-wrap after-title"><span class="wtr-time-number">2</span> minutes de lecture</span>
Fermer le menu
×
×

Panier

Panier

%d blogueurs aiment cette page :